Prenons soin de nos lumières

Par Saturnin Barré, membre du bureau

2024, année de lumières ?

Pourtant les ténèbres sont à l’affût.

Notre ciel est invraisemblablement chargé. En France les extrêmes s’affirment comme jamais et s’inscrivent dans la loi. Aux portes de l’Europe la guerre s’éternise. Au Moyen-Orient la sauvagerie redouble. À l’Est des dictatures cherchent à siphonner les démocraties. À l’Ouest un président belliqueux pourrait revenir. Au Sud les exils ne peuvent que s’amplifier. Le Nord fond fatalement. Et l’antidote à l’éco-anxiété mondiale ne semble pas pour demain.

Heureusement, nous avons nos jeunesses. Celles des enfants dont nous avons la responsabilité. Et celles qui vivent toujours en nous.

Que leur dire, leur raconter ? Quelles sources de bien-être leur présenter ? Vers quelles tanières d’espérance guider nos enfances ?

Le spectacle vivant jeune public est une piste.

Les innombrables représentations scolaires et familiales données chaque saison en France sont autant d’abris qui offrent à nos jeunesses la découverte partagée d’émotions et de beautés insoupçonnées.

Les multiples pièces de théâtre jeunesse qui s’écrivent chaque année dans notre pays s’adressent avec honnêteté et tendresse à nos enfants intérieurs. Des mots d’autrices et d’auteurs d’aujourd’hui qui permettent d’appréhender le monde avec plus d’honnêteté et de justesse. Des paroles qui maintiennent à distance les éructions nauséabondes des médias de Bolloré. Des œuvres respectueuses de l’être humain en construction, aux fins souvent ouvertes, qui dissipent les brumes du désespoir.

Les milliers de scènes de théâtre, de plateaux de danse, de chapiteaux de cirque, de castelets de marionnettes, de tréteaux dans l’espace public proposent chaque jour, à nos enfants et nous qui les accompagnons, d’être confronté·es à des protagonistes dont les conflits internes font résonner les problématiques de nos sociétés. Ils provoquent les questionnements éthiques qui nous aident à trouver comment nous tenir en dignité.

Avec nos mots, avec nos corps, avec nos souffles, les ateliers de pratique menés par des artistes sur tous les territoires, à l’école et dans nos salles, nous permettent de profiter du bien-être de l’énergie collective, de donner une chance à l’expression de nos émotions et nous rappellent le plaisir de jouer avec l’autre.

Oui, la création artistique pour et avec l’enfance et la jeunesse est porteuse d’espoir. Elle reflète le désir d’une société qui serait plus attentive, plus horizontale, plus douce.

En 2024, appelée comme jamais à son objectif de fédération des actrices et acteurs du jeune public, Scènes d’Enfance – ASSITEJ France coordonnera “l’Enfance des arts en jeux !” qui ouvrira l’Olympiade culturelle de la jeunesse, le 1er juin des écritures théâtrales jeunesse, Avignon Enfants à l’honneur, ainsi que de nombreux groupes de travail. De plus cette année notre association lancera, le 20 septembre, la Fédération des lucioles, projet collaboratif d’envergure qui annonce “Générations lumineuses !”, la rencontre internationale anniversaire des 60 ans de l’ASSITEJ, en mars 2025 à Marseille.

Plus que jamais en 2024, prenons soin de nos jeunesses. Prenons soin de nos lumières.

31 janvier 2024
214 Views

Les commentaires sont fermés