Un joli mois de mai

Par Céline Schnepf, membre du Conseil d’administration

Entre les terrasses qui fleurissent, les programmes de saison qui se peaufinent et les ponts que nous attendons tou·tes avec impatience, l’actualité de Scènes d’enfance – ASSITEJ France, bat son plein ! Un joli mois de mai qui s’annonce riche et engagé, avec plusieurs rendez-vous à ne surtout pas manquer.

Tout d’abord, l’Assemblée Générale du 13 mai de 14h30 à 17h au Mouffetard, Centre national de la marionnette à Paris. Vous y êtes attendu·es pour élire le nouveau Conseil d’administration mais aussi pour partager les joies, les inquiétudes et les projets de l’association.

Et en amont de ce rendez-vous, de 11h à 13h, un temps d’échanges et de discussion est organisé afin d’envisager ensemble, les endroits d’action de l’association dans le grave contexte de crise que nous traversons. Plus que jamais, nos soutiens, via notre présence et nos adhésions, sont indispensables. Notre représentativité est notre force.

Mais si le mois de mai est politique derrière ses airs de muguet, il est aussi poétique, et le calendrier de l’association nous invite également à nous préparer pour le 1er juin des écritures théâtrales jeunesse. Cette année, l’auteur associé, Philippe Gauthier, nous a concocté deux défis particulièrement enthousiasmants : un de lecture et l’autre d’écriture.

Le 1er juin des écritures théâtrales jeunesse se fête chaque année. Il met en lumière la richesse et le foisonnement des textes théâtraux accessibles dès l’enfance et la créativité des écritures contemporaines. Ces écritures engagées, audacieuses, drôles, bouleversantes ou tout à la fois, qui ouvrent des espaces de liens, de réflexions, d’hospitalité ou de vulnérabilité. Qui permettent un regard poétique et sensible sur le monde qui nous entoure. Quel que soit notre âge, notre genre, nos conditions, nos origines.

Car les écritures théâtrales pour l’enfance et la jeunesse sont à l’image de la création jeune public : accessible et partageable avec tou·tes. Nul besoin d’être spécialistes. Le désir de s’en emparer suffit.

Lire ou partager des textes de théâtre est une aventure humaine. Une épopée intime ou collective, qui débute à chaque fois que l’on ouvre les pages d’un texte et qu’on se met à le lire. A voix haute ou dans l’intimité. Que l’on soit adulte ou enfant. Ou entre ces deux réalités.

A chaque mot, ce sont des ponts qui se construisent, des pas de côté qui s’opèrent, des fils invisibles qui se tissent et qui permettent l’élaboration d’un imaginaire commun. D’une transmission poétique. D’un futur souhaitable.

Alors, durant ce joli mois de mai, puisqu’il est possible de faire tout ce qu’il nous plait, rêvons, poétisons tout ce qui est possible. Rassemblons-nous. Projetons-nous. Et envisageons ensemble l’avenir de nos professions.

Alors, tous à vos projets !

14 mai 2024
34 Views

Les commentaires sont fermés