En 2023, construisons l'espoir

Par Alexandre Birker, membre du Conseil d’administration

« Et surtout, surtout, disons à nos enfants qu’ils arrivent sur terre quasiment au début d’une histoire et non pas à sa fin désenchantée. Ils en sont encore aux tout premiers chapitres d’une longue et fabuleuse épopée dont ils seront, non pas les rouages muets, mais au contraire, les inévitables auteurs. » Ariane Mnouchkine  – vœux 2014.

Des images et une parole forte me restent de cette année d’engagement « au service des arts vivants pour l’enfance et la jeunesse » : l’expression brutale d’un adolescent évoquant le confinement lors de la crise sanitaire comme “l’expérience de vivre dans une prison avec vue sur un monde qui s’écroule”. L’image saisissante des enfants dansant sous les cendres d’un ciel rougi par les flammes d’un incendie de forêt lors de la fête de la dernière édition d’Avignon enfants à l’honneur.

Inutile de dresser ici le sinistre inventaire des crises que nous traversons. Ces images pourraient à elles seules résumer les périls auxquels nous devons faire face et la violence subie par les plus fragiles d’entre nous. Le constat est partagé : il va falloir œuvrer ensemble vers de nouvelles solidarités, et dans cet élan prendre particulièrement soin de l’enfance et de la jeunesse.

Dès lors, quel rôle pouvons-nous y jouer ? Quelle place pour l’art et la culture ? Que peut la création jeune public ? Peu, si elle est considérée comme un produit culturel dont il faudrait faciliter l’accès grâce à des plateformes numériques subventionnées. Pas assez, si elle est l’outil de distinction de territoires privilégiés, ou la somme d’expériences vécues pour des publics bénéficiant déjà des clés d’accès aux lieux de culture. Autre chose, si elle est uniquement au service de l’animation d’espaces ou d’évènements sans ambition de découverte et de création.

Lorsque nous nous en tenons à cela, les jeux de pouvoir, les nécessités budgétaires, les procès en élitisme, ont rapidement raison du soutien à des projets pourtant engagés au service de tou·te·s et de l’émancipation de chacun·e.

Alors « ensemble », considérons l’art et la culture comme un élément fondamental dans la capacité de chacun·e de se relier au monde. L’opportunité de mieux le comprendre, de se l’approprier et d’y agir. Artistes, acteurs culturels, bénévoles, éducateur·rice·s, agent·e·s, élu·e·s, tissons des complicités qui permettront l’émergence de projets dans lesquels les plus jeunes pourront s’aventurer, grandir et inventer de nouvelles alliances, écrire de nouveaux récits utiles dès aujourd’hui pour construire le monde de demain.

Voilà ce que je pourrais, aux côtés de tous les membres du Conseil d’administration de Scènes d’enfance – ASSITEJ France, nous souhaiter pour cette nouvelle année.

26 janvier 2023
272 Views

Les commentaires sont fermés