Par Émilie Robert

En cette période morose, voire inquiétante, prendre le pouls du monde est nécessaire. Non qu’on y trouve forcément un réconfort car la pandémie touche presque tous les pays, les régimes autoritaires se portent plutôt bien et le terrorisme poursuit ses basses œuvres. Mais pour échapper au repli sur soi, prendre du recul, cultiver encore et toujours son humanité (mondialisée), rebondir parfois.

Ailleurs en Europe ou en Amérique, la pandémie a souvent mis à l’arrêt les artistes et les structures culturelles. Mais, il n’en est pas de même partout. Ainsi, un ami auteur et metteur en scène burkinabé s’apprête à créer un festival jeune public à Ouagadougou. Ses activités battent leur plein et c’est heureux.

Dans tous les cas, les professionnel.le.s de la création jeune public se mobilisent dans le monde entier pour préserver la création et poursuivre les actions en direction de l’enfance et de la jeunesse, malmenées par la pandémie, les difficultés locales ou les inégalités sociales. L’ASSITEJ est l’organe fédérateur de cette mobilisation internationale. Pas loin de 100 pays y échangent, via leurs centres nationaux, les réseaux thématiques, ou les représentations individuelles.

Tous les trois ans, l’ASSITEJ tient son Congrès, et, en premier lieu, son assemblée générale rassemblant ses membres pour délibérer de la politique de l’organisation et partager les situations en cours. Mais le Congrès s’adosse aussi à un festival porté par le pays et l’organisme d’accueil de la manifestation. Sont ainsi proposés de nombreux spectacles, des symposiums et conférences, des master-class…

Le prochain Congrès était prévu au Japon en 2020. Rendu impossible par la pandémie, il a été reporté en mars 2021, mais à nouveau celle-ci est venue se mettre en travers de sa route. L’ASSITEJ innove donc avec un Congrès et un festival virtuels. Du 22 au 31 mars, plusieurs dizaines de spectacles, de rencontres artistiques et de conférences ou de débats multilatéraux seront proposés. Soyez curieux de ces propositions ou de ces échanges, souvent inspirants. Prenez le pouls du monde, de la création jeune public internationale et de ces artistes !

Pour le Congrès, Scènes d’enfance – ASSITEJ France avait élaboré un programme intitulé la Maison France autour de plusieurs équipes artistiques et du rapport de Sophie Marinopoulos. L’association s’adapte évidemment à la situation et la Maison France se déploiera sur le web.

Par ailleurs, nous serons fiers de présenter à l’ASSITEJ notre candidature à l’accueil de la Rencontre artistique 2025, à l’occasion des 60 ans de l’organisation internationale. En dehors des congrès, ces rencontres sont les rendez-vous les plus importants de la communauté mondiale du jeune public. Nous avons imaginé un projet à la hauteur de la richesse de la création jeune public en France, mais également festif et durable. N’hésitez pas à nous soutenir par votre présence au moment de notre présentation !

Enfin, j’aurai pour ma part aussi l’honneur de candidater au Comité Exécutif. Instance opérationnelle de l’ASSITEJ travaillant à la réalisation des orientations et à des actions nouvelles, mais également à la préparation des Rencontres et du Congrès, le Comité Exécutif comporte 15 membres de nationalités différentes, élus pour trois ans. Mobilisée sur la dimension internationale de notre association, je complète Cyrille Planson, notre vice-président, sur cette question depuis quelques années, en particulier sur l’ASSITEJ. Il donc a semblé opportun que je sois candidate au Comité, afin d’accentuer le portage politique de cet engagement. Ce sera chose faite sous peu, et j’espère avec succès. Le cas échéant, je me jetterai à l’eau du grand bain de l’ASSITEJ avec enthousiasme.

22 février 2021
28 Views

Les commentaires sont fermés