2018 : Le jeune public à la loupe, par Emilie Robert

Après une année très politique, marquée par un changement de gouvernement, l’année 2018 sera davantage pour Scènes d’Enfance – Assitej France celle d’un état approfondi du secteur jeune public et de la mise en valeur de ses actions. Le temps est venu que nous fassions la démonstration étayée de nos réalités et de nos besoins, comme de nos réussites.

Ainsi, en ce début de mois, Bernard Le Noac’h, Grégory Vandaele et moi-même, co-présidents de l’association, et Estelle Derquenne, coordinatrice générale, avons rencontré Claire Guillemain et Céline Léger-Danion, conseillères de Françoise Nyssen, en compagnie de Bertrand Munin et Floriane Mercier (DGCA).

Il s’est d’abord agit de présenter l’association et ses principaux engagements pour l’année en cours : le Tour d’enfance (parrainé par le ministère) et, dans ce cadre, la réalisation d’une nouvelle étude de la production et de la diffusion des créations jeune public. Nous avons ensuite souligné combien notre secteur œuvre déjà dans le sens de plusieurs axes politiques portés par la Ministre : éducation artistique, aménagement culturel du territoire, accessibilité de tous les publics, importance de la lecture… Nous avons enfin exprimé nos inquiétudes et nos attentes sur les suites du plan Génération Belle Saison. A l’issue du rendez-vous, il nous a été demandé de co-imaginer avec la DGCA une suite à celui-ci, en proposant plusieurs axes pour un nouvel élan.

Pour cela, il est nécessaire aujourd’hui que nous collections des données solides sur les conditions de création et d’exploitation des spectacles jeune public. Elles seront la base de la connaissance du secteur que nous partagerons avec l’Etat, les collectivités et tous nos interlocuteurs. Elles étayeront nos demandes et nos discours à venir, et seront rendues publiques lors des Etats généraux Arts vivants, enfance et jeunesse, les 20 et 21 mars 2019.

Vous trouverez donc dans cette newsletter le lien vers deux questionnaires : l’un destiné aux équipes artistiques, l’autre aux structures culturelles. Nous comptons sur la mobilisation, rarement démentie, des professionnels de notre secteur, mais également de tous les acteurs culturels et artistiques dans leurs plus grandes diversités, pour faire en sorte que nous ayons récolté d’ici à la fin du mois de mai plusieurs centaines de réponses. Ces contributions, bien au-delà du cercle de nos adhérents, mais avec l’aide de ceux-ci sont cruciales, vous l’aurez compris. Alors, à nous de jouer !

Emilie Robert, co-présidente de Scènes d’enfance – ASSITEJ France
22 février 2018
327 Views

Les commentaires sont fermés