1er juin des écritures théâtrales jeunesse : le texte des auteur·rice·s

20 juin 2022
94 Views

La fête des écritures théâtrales jeunesse a réuni des centaines de participant·e·s

A travers la France, de Wasquehal (Nord) à Toulon (Var), de Bussang (Vosges) à Crozon (Finistère), et même à Montreal, des dizaines d’évènements de toutes tailles ont à nouveau permis de réunir enfants et adultes autour des écritures théâtrales pour la jeunesse : des textes diffusés à la radio, des comités de lecture, des spectacles, des rencontres avec des auteurs, des expositions, des rencontres professionnelles…

Merci à tous nos partenaires, à l’ensemble des porteurs de projets, associations, collectifs, Théâtres, écoles, compagnies, bibliothèques, médiathèques, librairies etc, et aux auteur·e·s qui militent pour que vivent et se diffusent les écritures théâtrales jeunesse.

A cette occasion, le collectif des auteurs du 1er juin avait publié le texte suivant :

“Il est arrivé le 1er juin !

Nous sommes réunis en cette journée, à l’écoute des mots, à l’écoute des auteur·trice·s, dans la diversité de vos lieux, de vos publics.
Tous en présence, ou sur les ondes radiophoniques.
La texte qui se trouve ci-dessous s’adresse à vous, aux enfants et aux adultes qui vont partager en cette journée, le plaisir de lire, de dire et d’entendre les mots. Cette journée résonne particulièrement en cette année 2022, où la lecture est « Grande cause nationale ».
Nous vous invitons à lire ce texte en ouverture de vos manifestations.
Belle fête à toutes et à tous.

Il faut dévorer le ciel.
Il faut inventer des rivières et plonger dedans.
Il nous faut la vie et bien plus.

Il nous faut la littérature.

C’est le temps de reprendre le contrôle de nos âmes.
C’est le temps de bouger nos carcasses.
Il nous faut retrouver le temps qui nous a été confisqué.

Il nous faut la littérature.

On pourrait commencer à penser au monde d’après.
On pourrait commencer à penser au monde d’après après.
On pourrait commencer à penser au monde d’après après après.

Annonçons un nouveau départ.
Célébrons le début d’une nouvelle saison.

Il nous faut inventer des prétextes à la fête.
Il nous faut se hurler des poèmes à la figure.
Il nous faut oublier nos craintes.
Il nous faut assembler nos espoirs.
Il nous faut la littérature.

Il nous faut de toi, de moi, de nous, de tout pour faire un monde.

Ce soir c’est carnaval de Venise.
Carnaval de Dunkerque.
Fête de la sardine de Penmach.
Feu de la saint jean.
Fête des moissons.
Fête des vendanges.
Gay-Pride.
Mardi gras.
Et 1er juin en même temps.
C’est le 1er juin, la fête du théâtre et de la jeunesse.”

Sylvain Levey, membre du collectif d’auteur·trice·s